Dispositif experimental

Cadre global : le dispositif expérimental La Terre en Partage

Plus de 100 000 demandeurs d’asile sont arrivés en France en 2017. Parmi eux, une immense majorité de personnes pleines de ressources et de potentiel, fortement motivées pour s’intégrer en France. Or, le temps de la procédure de demande d’asile est un temps souvent vide et destructeur, pendant lequel beaucoup, n’ayant accès ni à un logement stable, ni à une formation ou un travail, perdent leurs compétences, leur énergie, leurs rêves. Considérant cette situation comme un véritable gâchis humain, social, économique et culturel, la vision de l’association « Réseau La Terre en Partage » est celle d’une société qui accueille les demandeurs d’asile dès leur arrivée, pour rendre le temps de la procédure actif et constructeur, et donc créateur de valeur tant pour les personnes que pour la société qui les accueille.

Afin d’être fidèle à cette vision, l’association se donne pour mission de soutenir l’émergence, le développement et la diffusion de projets innovants au service de l’accueil, de la formation et de l’insertion des demandeurs d’asile. Ces lieux viseront à apporter des réponses sur-mesure aux principaux problèmes rencontrés par les demandeurs d’asile : l’accès à un hébergement, à une formation et à une activité, tout en s’attachant à toujours placer les demandeurs d’asile en position d’acteurs et à favoriser la création de liens sociaux dans une logique d’échanges réciproques entre les demandeurs d’asile et les membres de la société d’accueil.

Il n’existe aujourd’hui en France et en Europe aucun projet combinant l’ensemble de ces dimensions au profit d’une insertion véritable de ce public. Le premier projet pilote, destiné à expérimenter le concept, à être évalué et à inspirer d’autres initiatives, est en cours de lancement sur le site du Mazet, à Saint-Just-le-Martel (87590).
Construit en partenariat avec les services de la Préfecture de la Haute-Vienne et de la Direction Territoriale à Limoges de l’OFII, ce dispositif souhaite fonctionner dans le cadre d’un agrément Organisme d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires (OACAS), qui lui permettra de proposer aux demandeurs d’asile :

  • Une activité solidaire de maraîchage biologique en permaculture
  • Un hébergement au sein d’un lieu de vie participatif
  • Un accompagnement linguistique et culturel

Ce dispositif sera l’objet d’une évaluation approfondie, afin de permettre son essaimage éventuel. Dans ce cadre, plusieurs partenariats universitaires sont en cours de montage : Université de Limoges (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines : LP Design des Milieux Anthropisés et Institut du Français Langue Étrangère), Université de Poitiers (Laboratoire MigrInter), École des Hautes Études en Sciences Sociales (Daniela Ristic, doctorante).